Crop protection post harvest manual for small holder farmers

Les petits producteurs des grains en RDC, jouent un rôle important dans l’économie rurale et la lutte contre la pauvreté. Malgré le besoin de production et la demande très croissante des produits par les négociants, les producteurs ruraux sont devant des défis énormes en termes de la gestion post récolte de leurs produits agricoles. Ces défis se situent à plusieurs échelles de chaine de valeur des produits.

Les petits agriculteurs qui veulent produire dans le but d’avoir accès  au marché compétitif se buttent à un problème de vente et sont obligés  de vendre leurs produits juste après récoltes faute des capacités  essentielles du système d’information et formation post récolte, alors  qu’ils devraient vendre lorsque le prix serait favorable à une période  de l’année. Cette situation ne permet pas aux petits agriculteurs  d’obtenir des prêts à la banque  en utilisant les grains produits  comme nantissement et de vendre à des prix plus élevés grâce à la  possibilité de pouvoir stocker leurs grains dans un entrepôt de bonne  qualité. 

Les négociants ruraux veulent acheter les produits à bas prix et  vendre à un prix élevé mais aussi ils veulent s’approvisionner des  produits de bonnes qualités afin de les revendre dans les villes de  Bukavu, Uvira et Kamituga etc. 

Les consommateurs dans la chaine de valeur, veulent des produits de  bonne qualité et à des prix raisonnables.  Pour donner une solution à ces problèmes, nous espérons que la mise en  place d’un système d’information communautaire des activités post  récolte pourrait aider nos bénéficiaires à tout le niveau de répondre  aux défis majeurs dans le développement de la chaine de valeur des  grains en RDC dans la province du Sud-Kivu.  Ces solutions innovantes dans nos villages pourraient être possibles  en organisant les petits agriculteurs en des coopératives rurales pour  la protection des produits récoltés.  Le système d’information post récolte dans les coopératives rurales se  basera sur 6 étapes de formation des petits agriculteurs ruraux comme  repris ci-dessous :  –       

  • Contrôle des bonnes variétés : planter les variétés qui poussent  bien et que le marché demande. Ceci se fera pendant la préparation de  la grande saison culturale A et B à partir de Février-Mars et  Juin-Août  2019.  –       
  • Culture des produits agricoles saints : utilisation d’engrais et une  bonne irrigation selon le cas et le contrôle des ravageurs et  mauvaises herbes : à partir de Juin 2019 ;  –       
  • Récolte au bon moment et correctement : les notions sur le  ramassage, tenir compte du mauvais temps lors de la récolte et la  contamination des grains récoltés par la terre. A partir Juin 2019  pour la saison A de septembre-Décembre  2019 pour la sains B;  –       
  • Agrégations : Des bonnes techniques de battage et stockage des  grains produits dont les maïs, haricots bio fortifiés et le riz paddy;  A partir Juin 2019 pour la saison A de septembre-Décembre  2019 pour  la sains B;     
  • Le séchage correct des grains : la conservation de la qualité des  produits récoltés par usage des technologies appropriées locales et  connaissance indigène. A partir Juin 2019 pour la saison A de  septembre-Décembre  2019 pour la sains B;  –       
  • Le nettoyage des produits récoltés : amélioration de la capacité de  leur conservation. A partir Juin 2019 pour la saison A de  septembre-Décembre  2019 pour la sains B;        
  • Ce projet aura un grand avantage pour toutes les parties prenantes  dans la chaine de valeur afin de jouir un marché plus sûr et trouver  des bénéfices afin de construire une économie circulaire dans les  villages dans un contexte post conflit à l’Est de la RDC. 

Le projet compte produire des petits  manuel de système d’information  communautaire sur la protection des récoltes par saison culturale dans  la langue locale couplé des boites à image pour une compréhension  rapide des communautés agricoles rurales ne connaissant pas lire et  écrire. 

Avec les différentes formations les petits agriculteurs ruraux seront  expérimentés et connaitront plusieurs méthodes sur la protection des  produits agricoles après la récolte surtout les produits comme les  maïs et haricots bio fortifiés ainsi que le riz paddy. 

Les bénéficiaires de ce projet : les 5 groupes de jeunes à raison de  10 ayant surtout le statut de chef de ménage par groupe et 5 groupes  de femmes à raison de 10 ayant surtout le statut de chef de ménage  entrepreneurs impliqués dans l’investissement local en agri business.  Sur le plan opérationnel, notre idée de projet est naissante, mais  nous avons déjà commencé à produire les grains de haricots et maïs  bios fortifiés  riche en fer avec l’appui de CIAT-Harverst Plus. Cette  culture contribue grandement sur la lutte contre la malnutrition dans  les zones post conflit au Sud-Kivu et Maniema à l’Est de la RDC.  C’est après un constat sur la détérioration des produits que nous  avons pensé soumettre notre proposition dans le souci de renforcer un  appui dans le secteur de production des grains à l’Est de la RDC. 

En termes des résultats attendus :    

  • 1000 exemplaires de manuel du paysan sur le système d’information  communautaire sur la protection des récoltes par saison culturale dans  la langue locale couplé des boites à image seront produits et  multiplier en selon la demande ;       
  • 2 coopératives d’agris preneurs locaux sont installées assurent le  contrôle des bonnes variétés, le système d’alerte sur les ravageurs et  mauvaises herbes seront assurés régulièrement ;
  • Les paysans maitrisent les bonnes techniques de battage et stockage  des grains produits et leur conservation dont les maïs, haricots bio  fortifiés et le riz paddy et deviennent compétitifs sur le marché  local auprès des négociants.     
  • 3 sessions de formations organisées sur la protection des cultures.  Ces résultats  seront mesurés sur base de performance sur le niveau  d’amélioration de rendement agricole par saison et sur base de nombre  de session de formation faites et le nombre des manuels distribués.       
  • 400 sacs à pics pour le stockage sans produits chimiques seront  dotés aux 2 coopératives agricoles mises en place pour l’amélioration  de la valeur marchande des produits et de la sécurité alimentaire.  Le projet porte aura un impact social et économique par le fait que ça  renforce la valeur marchande des produits locaux mais aussi la  sécurité alimentaire et la nutrition dans la zone. Les formations  données à travers le manuel du paysan  qui sera produit renforcera  une connaissance pratique des agriculteurs sur les techniques de  conservation et stockage des produits. 

Comme notre projet cible la jeunesse et les femmes impliquées dans la  chaine de valeur des grains (maïs et haricots bio fortifiés et le riz  paddy) à travers les coopératives renforceront leurs structurations à  travers la valeur marchande des produits, les bénéficiaires auront la  capacité d’introduire une demande des crédits à la banque. 

Josue Aruna, Democratic Republic of Congo